Théorie de la lumière

Les personnes qui souffrent de névrodermite, de démangeaisons ou d’allergies au soleil bénéficient souvent de la luminothérapie. Mais attention : les radiations attaquent la peau et la font vieillir plus vite.

 

la lumière du soleil

Les rayons ultraviolets sont des composantes de la lumière du soleil que l’œil ne peut pas percevoir. En fonction de la gamme de longueurs d’onde, ils sont divisés en rayons UV-A, B et C. Ces rayons n’atteignent pas la surface de la terre de la même manière : Alors que les rayons UV-C sont déjà filtrés dans les couches supérieures de l’atmosphère, les rayons UV-A passent plus ou moins sans encombre. Les rayons UV-B, quant à eux, atteignent la surface de la terre à environ 10 %, selon l’état de la couche d’ozone. La couverture nuageuse influence également l’intensité du rayonnement.

Avec modération, les rayons UV sont indispensables à l’organisme humain. Ils stimulent la formation de vitamine D dans la peau. Cette vitamine permet entre autres d’assurer que le calcium, un minéral important pour la construction des os et des dents, puisse être absorbé par les aliments. En outre, il inhibe les processus inflammatoires et favorise le bien-être général. Il suffit de s’asseoir au soleil pendant un quart d’heure chaque jour – sans produits de protection solaire.

 

 

 

coup de soleil

Tous ceux qui ont déjà eu un coup de soleil savent à quel point un rayonnement UV excessif peut être dangereux. Selon le degré de brûlure, la peau rougit ou forme des cloques. Dans les cas les plus graves, même les tissus de la peau meurent et des “nécroses” se développent.

L’étendue des dommages causés à la peau dépend non seulement de la durée de l’irradiation, mais aussi de la puissance des rayons UV et de leur profondeur de pénétration dans les tissus. Les ondes courtes du rayonnement UV-B (longueurs d’onde comprises entre 280 et 320 nanomètres) ne pénètrent que la couche supérieure de la peau, l’épiderme. En revanche, les rayons UV-A à ondes longues (longueurs d’onde comprises entre 340 et 400 nanomètres) pénètrent dans le tissu conjonctif plus profond.

 

La radiothérapie appropriée

La médecine en profite. En utilisant des tubes fluorescents de lampes spéciales, la lumière ultraviolette est générée dans différentes longueurs d’onde (UV-A, UV-B ou une combinaison des deux). La peau du patient est irradiée avec cette lumière.

Dans la thérapie dite PUVA, le patient reçoit un psoralène, une substance qui rend la peau plus sensible aux UV et qui peut être utilisée aussi bien sous forme de comprimés à l’intérieur qu’à l’extérieur sous forme de bains ou de crèmes.

La lumière ultraviolette s’est avérée particulièrement efficace dans le traitement de la neurodermite et du psoriasis.

“Le médecin choisit la dose de radiation respective en fonction du type de peau du patient ainsi que de sa maladie”, explique Nicolas Hunzelmann, professeur de dermatologie à la clinique dermatologique de l’université de Cologne. En général, plus la maladie est superficielle, plus le rayonnement est de courte longueur d’onde.

 

Les rayons UV

Les rayons UV ont généralement un effet anti-inflammatoire. Ils inhibent certaines cellules du système immunitaire, soulagent les démangeaisons et réduisent la formation excessive de cellules cutanées dans le psoriasis.

Les médecins distinguent quatre formes de thérapie :

  • Les rayons UV-A sont les meilleurs pour la neurodermite et la mastocytose.
  • Les rayons UV-B sont utilisés pour le psoriasis, la neurodermite et les démangeaisons. Ils peuvent également prévenir une allergie au soleil.
  • Une thérapie combinée UV-A/UV-B est utilisée pour la neurodermite, les démangeaisons et l’allergie au soleil.
  • La PUVA est utilisée pour le psoriasis grave, le psoriasis, le lichen ruber planus, l’allergie au soleil, l’urticaire léger et le lymphome à cellules T (mycosis fongoïde).

PUVA signifie que les rayons UV-A sont administrés avec un sensibilisateur à la lumière (psoralène). La combinaison avec le psoralène s’est avérée très efficace. À l’aide de cette substance chimique, la peau est rendue sensible à la lumière avant le traitement UV-A proprement dit, ce qui renforce l’effet de la lumière.

 

A utiliser avec précaution uniquement

Aussi utile que soit le rayonnement, il n’est pas exempt d’effets secondaires. Les rayons UV à forte dose attaquent les cellules de la peau. Sous l’effet des rayons UV-B, des pigments se forment au départ et la peau devient brune. Cependant, les rayons UV endommagent essentiellement le matériel génétique des cellules de la peau. Dans certains cas, les cellules de la peau peuvent réparer elles-mêmes ces dommages. Toutefois, cela n’est plus possible en cas d’irradiation excessive ou prolongée. Même si la peau ne brûle pas, ces dommages génétiques peuvent donc conduire au cancer.

L’irradiation peut même favoriser la formation d’un mélanome, une tumeur maligne de la peau qui provient des cellules pigmentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *